🌹 Le best-of d'hiver

Des webcams pour surveiller les incendies, l'utilisation d'internet par les artistes, une enquĂȘte en ligne Ă  la recherche d'une fleur et de l'ASMR artistique au menu de ce second florilĂšge.

Je vais excuser ma dĂ©sorganisation au nom d’une bonne habitude. J’ai envoyĂ© quinze numĂ©ros d’arobase, dont un « best-of Â» Ă  l’occasion de NoĂ«l. Ce numĂ©ro-ci, qui vient aprĂšs sept numĂ©ros normaux, va ĂȘtre Ă©galement un « best-of Â». VoilĂ  donc diverses choses, en lien avec des prĂ©cĂ©dents envois, ou non.

Share arobase

Visio-folies

Peut-ĂȘtre que la mĂȘme Ɠuvre n’aurait pas eu le mĂȘme effet sur moi il y a un an
 Ultrachunk, de Memo Atken, dont une Ɠuvre est visible actuellement Ă  Mains d’ƒuvres, Ă  Saint-Ouen, dans le cadre de l’expo Stranger Dreams dont nous parlions la semaine derniĂšre, prend une autre dimension aprĂšs une annĂ©e de visio en tout genre.

L’Ɠuvre est rĂ©alisĂ©e Ă  partir d’une compilation d’images enregistrĂ©es par la chanteuse Jennifer Walshe. Chaque jour, elle s’est filmĂ©e, chantant face Ă  sa camĂ©ra. Toutes ces vidĂ©os ont nourri un algorithme apprenant qui ensuite recomposait des morceaux, en direct, et en duo avec Jennifer Walshe.

Deux traces de la performance existent : une vidĂ©o montrant ce que l’ordinateur a produit, visible ci-dessus, et une autre montrant le duo, lĂ©gĂšrement moins glitchĂ©e et peut-ĂȘtre plus onirique que la premiĂšre. Ultrachunk rĂ©sume, Ă  mon sens, Ă  la perfection, une annĂ©e d’appels en visio subis.

DĂ©part de feu

À la suite de ma conversation avec Pauline Chasseray-Peraldi, qui cherche, dans les interactions entre la « Google Car Â» et la nature, des traces de la machine, j’ai moi aussi gardĂ© l’Ɠil ouvert sur ces moments oĂč la machine se trahit.

L’artiste Everest Pipkin a attirĂ© mon attention – et celle de l’ensemble de ses abonné·es sur Twitter â€“ sur un service de webcams en direct imaginĂ© pour surveiller les incendies dans l’Ouest amĂ©ricain. Les webcams partagent des images des plaines californiennes et les internautes sont invitĂ©s Ă  signaler les dĂ©parts de feu qu’ils peuvent voir.

Ces images sont doublĂ©es d’un « bot Twitter Â» qui publie rĂ©guliĂšrement des photos prises par ces webcams. Le bot CALandscapeBot a partagĂ© pendant plusieurs semaines la mĂȘme image d’une webcam prise par les flammes, dont le compteur s’est arrĂȘtĂ© le 19 aoĂ»t 2020 Ă  23 heures 22. Une vidĂ©o retraçant les derniers moments filmĂ©s par cette webcam a Ă©tĂ© publiĂ© en ligne, montrant l’avancĂ©e du feu. « Je pense que c’est la premiĂšre fois que je suis triste pour une webcam Â», remarque moreisee sur reddit.

« La tour d’origine a Ă©tĂ© endommagĂ©e, puis dĂ©montĂ©e, m’explique Graham Kent, le responsable du programme par mail. Une tour temporaire est en place, et la camĂ©ra de remplacement devrait arriver dans les semaines qui viennent. Et la vue devrait ĂȘtre encore plus belle lorsque la tour dĂ©finitive sera construite. Â»

En attendant, on peut regarder les autres webcams installĂ©es et, Ă  dĂ©faut de dĂ©part de feu apercevoir quelques oiseaux qui s’installent devant l’objectif, pratique dont nous parlions dans le prĂ©cĂ©dent numĂ©ro d’arobase.

Internet pour les artistes

Allison Parrish, une poĂšte travaillant avec l’aide de machines, qui rĂ©pondait Ă  nos questions il y a quelques semaines, me racontait le rĂŽle qu’internet pouvait avoir sur son travail et sa pratique :

« Je suis moins optimiste aujourd’hui au sujet d’internet en tant que technologie libĂ©ratoire que je ne l’ai jamais Ă©tĂ© dans ma vie. MalgrĂ© tous mes efforts, beaucoup de ce que je publie en ligne – comme un post Instagram â€“ profite Ă  des grandes entreprises â€“ comme Facebook â€“ autant qu’à moi. HonnĂȘtement, je pense qu’internet aujourd’hui apparaĂźt davantage comme une limitation de ma pratique que comme un facilitateur – par exemple, je me dĂ©couvre faire plutĂŽt des Ɠuvres qui n’attirent qu’une attention particuliĂšre, et dans une quantitĂ© particuliĂšre. Et en mĂȘme temps, j’adore pouvoir parler Ă  un public globalisĂ©, au croisement de mes diffĂ©rentes pratiques, l’art, la poĂ©sie et la technologie. Â»

Fleur inconnue

Pendant un peu plus de six mois, du 29 juillet au 11 fĂ©vrier, la photo d’une fleur sur Wikipedia a reçu 70 millions de vues chaque jour, en moyenne. IntriguĂ© par ce hotlinking, c’est Ă  dire un lien direct vers un contenu hĂ©bergĂ© ailleurs, les bĂ©nĂ©voles de Wikipedia ont investiguĂ©, en groupe, et en toute transparence.

AprĂšs diffĂ©rentes analyses, dĂ©taillĂ©es dans la conversation, les enquĂȘteurs ont su remonter jusqu’à une application utilisĂ©e en Inde. Le pic constatĂ© fin juin pouvant correspondre Ă  l’interdiction dans le pays de TikTok, encourageant une application locale du mĂȘme acabit.

Il se trouve que l’image est utilisĂ©e dans du code source dupliquĂ© par de nombreux dĂ©veloppeurs, et que ce code s’est retrouvĂ© dans l’application, que les enquĂȘteurs numĂ©rique n’ont pas voulu nommer.

« Nous avons rĂ©ussi Ă  entrer en contact avec les dĂ©veloppeurs de l’application, raconte Joe, un des bĂ©nĂ©voles. Ils ont confirmĂ© nos suspicions et ont promis qu’ils allaient poster une nouvelle version corrigĂ©e de l’application rapidement. Â»

Et si l’application chargeait l’image rĂ©guliĂšrement, ses utilisateurs n’ont jamais eu l’occasion de la voir. La fermeture de TikTok en Inde fait exploser le nombre de vues sur une photo prise aux Pays-Bas. « C’est une version Ă©trange de l’effet papillon, mais avec du code “lorem ipsum”1 Â», conclut le mĂ©dia Rest of world.

ASMR artistique

On a dĂ©jĂ  parlĂ© de l’ASMR, et on y revient. Caroline Delieutraz, avec qui nous avons Ă©changĂ© dans une prĂ©cĂ©dente newsletter, a collaborĂ© avec l’artiste ASMR Behind The Moons et le Studio 13/16 du Centre Pompidou pour proposer des vidĂ©os trĂšs originales : des explorations en ASMR d’Ɠuvres de l’art numĂ©rique, rĂ©unies sous le titre Je te relaxe en touchant des oeuvres.

« Je trouve ça assez ironique quelque part, que dans cette vidĂ©o oĂč j’essaie de vous dĂ©tendre, je vous montre un Ă©cran brisĂ© parce que gĂ©nĂ©ralement dans nos vies, quand on a affaire Ă  un Ă©cran brisĂ©, c’est rarement un moment relaxant ou reposant Â», sussure au micro Behind the moons alors qu’elle explore Return of the Broken Screens, Ɠuvre conçue par le duo d’artiste Emilie Brout et Maxime Marion.

Le Studio 13/16 va poster une Ɠuvre ainsi explorĂ©e chaque semaine, pendant six semaines, sur Instagram. Une version longue, avec toutes les Ɠuvres, sera Ă©galement postĂ©e le 10 mars par Behind the moons sur sa chaĂźne Youtube.

L’expĂ©rience joue avec les pratiques musĂ©ales imposant de ne pas toucher les Ɠuvres, et les restrictions actuelles pour proposer une nouvelle expĂ©rience autour de plusieurs Ɠuvres post-Internet. À suivre !

On parle de nous

« Vous aimez l’Internet, vous aimerez arobase Â», promet, sur Instagram, Caroline Delieutraz. Faites comme elle, partagez arobase Ă  vis ami·es et vos abonné·es. Et n’hĂ©sitez pas Ă  me partager ce que vous aimez sur internet.

1

J’ai tentĂ© une traduction de throwaway code, sans certitude.